Berlin

À Berlin le dimanche, le Mauer park est plein d’amour, de bières et de musique.

Au marché aux puces, les babioles vintages comblent touristes et berlinois. Sous des tentes blanches, les pieds dans le gravier et la boue, des stands plus ou moins organisés proposent de vieilles photos de familles allemandes, des vestes de l’armée et des vêtements à 1 euro. On y vient, en famille, entre amis. Boire une bière ou deux, manger un morceau, une curry wurst bien souvent. Passer le dimanche & se remettre de la longue soirée de la veille. Puisqu’à Berlin le week-end, on danse sous les piscines, et on boit de la vodka-club-maté jusqu’à l’aube en fumant des cigarettes à l’infini. La techno est universelle et la musique ne s’arrête jamais.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERABerlin_6_old_photosBerlin_2_mauer_parkOLYMPUS DIGITAL CAMERAD’ailleurs le dimanche, le Mauer Park te réconcilie avec le karaoké. Si tu oses, tu peux être le roi de la place pendant quelques minutes, le temps d’une chanson. Et le public est là pour t’encourager et reprendre en choeur Dream On d’Aerosmith, Don’t speak de No Doubt, et tout le répertoire bien connu des invétérés du genre. Dans l’amphithéâtre, ils sont plusieurs centaines à rester jusqu’à la tombée de la nuit. Le parc comme un lieu de loisirs et de rassemblement prend ici tout son sens. Chacun peut l’investir à sa manière et c’est beau à voir. Aucun éclairage public, peu de bancs. L’aménagement reste rudimentaire et laisse place à la nature presque sauvage, aux terrains vagues et aux blocs de béton. Toujours en construction, les grues surplombent l’horizon, Berlin, certes comme toutes les villes est en mutation. Berlin, ville de départ, fout le spleen. Une nostalgie d’un passé que l’on a pas connu mais que l’on sent pourtant là, quelque part.

OLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERAberlin_94_fredrischplatzOLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERAberlin_992_lights_festival
berlin_991_bradbug_tor
OLYMPUS DIGITAL CAMERA

L’East Side Gallery c’est plus d’un kilomètre des restes du mur qui a séparé les Allemands. Voir de nos yeux ce mur tombé avant que l’on commence à marcher, comme une émouvante prise de conscience de la marche de l’Histoire. D’ici trente ans, d’autres murs tomberont peut être… Les inscriptions laissées à l’arrachée dans toutes les langues sont autant d’appel à la liberté de circuler, du Mexique jusqu’en Palestine. Des appels à la liberté tout court. On y retrouve même le carré rouge.

OLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERA
berlin_99_wall_quebec
OLYMPUS DIGITAL CAMERABerlin_8_ampelman

Puis sortir boire des bières à Kreuzberg, quartier arty hipster par excellence. Cette jeunesse créative à vélo réinvestit Berlin et ses grands espaces vacants. Pour le meilleur et pour le pire. Manger un döner sur le pouce, spécialité turque devenue allemande. On se colle dans un petit bar éclairé seulement aux chandelles, pour dire à bientôt aux amis qu’on ne pensait jamais retrouver ici. Berlin est redevenue une ville de passage il paraît. On y reviendra.

berlin_996_hotelbarOLYMPUS DIGITAL CAMERA berlin_993_shinningberlin_95_cctvberlin_995_photomaton