Москва

Ici, le sourire de politesse n’existe pas, on l’apprend très vite. Sourire sans raison peut même être perçu comme un gage de stupidité ou de moquerie. On tentera donc difficilement de contenir cette habitude méditerranéenne. Arrivée à l’aéroport Vnoukovo, en banlieue sud de la capitale. Les vingt minutes qui nous séparent du centre-ville laissent apercevoir d’immenses barres d’immeubles soviétiques perdues dans la forêt aux couleurs d’automne.

Des musiciens enregistrés dans la rue autour de Kuznetsky Most (Кузне́цкий Мост) sous la première neige.

DSCF6297

Difficile de s’orienter les premiers jours dans une ville où tout est écrit en cyrillique. Le temps d’apprendre que le H se prononce « n », le B « v » et le P « r ». S’ajoutent ensuite les lettres typiquement russes comme Ч [tché], Ж [ji], И [i], Я [ia] ou le Ф [f], ça donne finalement KЛЄMAHT pour Clément et BИPЖИHИЯ pour Virginie.

Les personnes qui parlent anglais sont extrêmement rares, même dans la petite l’auberge de jeunesse de Чеховская (prononcé Chekhovskaya). Google Translate sera d’une grande aide pour nous faire comprendre et vice versa.

Le métro de Moscou est une pure merveille. Marbre blanc à tous les étages, lustres imposants et mosaïques, sculptures à la gloire du peuple et de l’époque communiste. Un musée pour les moscovites où la publicité reste très discrète.Le soir, de la musique classique est même diffusée dans les haut-parleurs souterrains. Rapide et efficace, une nouvelle rame se remplit toutes les 1’30”. Défilé incessant du matin au soir, le flux orchestré à la perfection est surveillé par de patients fonctionnaires installés dans de petites guérites à chaque entrées et au pied des escalators, les yeux rivés sur les caméras de surveillance. Continuité de la politique soviétique visant à donner un travail à tous. D’après la rumeur, il est interdit de prendre des photos dans le métro. Aucun moscovite ne sait vraiment pourquoi, mais selon la raison officielle, cela pourrait perturber le bon fonctionnement du trafic. On a quand même pris le risque, c’était bien trop tentant.

DSCF6362

DSCF6547 DSCF6548 DSCF6546DSCF6510 DSCF6508

Sur les pavés de la Place Rouge, la première neige d’Octobre n’a pas tenu. Le bruit des talons aiguilles des moscovites ne cesse de résonner partout en ville. Le froid n’aura pas raison de leur style. Toujours très apprêtées, la majorité en jupe et perchées sur de très hauts talons (notons aussi la mode des baskets à talons), on croisera des dizaines femmes en train de se remaquiller, se recoiffer, un miroir à la main, dans la rue ou dans les restaurants. Impeccables jusqu’au bout des ongles, rien de dépasse, les cheveux sont lissés et brossés avec soin. La manucure peut même se faire dans les galeries menant au métro. Aucune excuse. 

DSCF6434

Jamais vu autant de boutiques de fleurs dans une ville, vendues dans de petites échoppes ou à la sauvette devant les sorties de métro. En début de soirée, chacun se déplace un bouquet à la main, pour offrir à sa douce, à son hôte ou à la famille.

DSCF6361

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Découvrir la ville de nuit et se laisser porter. Tomber par hasard sur une série de projections vidéos sur la facade du théâtre Bolchoï. Une pluie fine commence à tomber, on se met à chercher la Place Rouge. En suivant les pavés, passé un immense portail illuminé comme les grandes places à Noël. Sur la place à gauche, le ГУM (Gum), ancien centre commercial d’État devenu une galerie marchande de produits de luxe où défile le dimanche les jeunes mariés sous les arcades et les verrières. Valse improvisée, regards croisés, mise en scène du couple et de l’amour sous les slogans publicitaires et les enseignes occidentales, françaises : Art de vivre, Samsung. Une certaine idée du progrès.

DSCF6496OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA

La Cathédrale orthodoxe Sainte Basile, avec les clochers dits à bulbes – ou plus prosaïquement en forme de crème glacée ou de barbe-à-papa selon les goûts – se visite pour quelques roubles. Peintures à l’huile des murs aux plafonds, motifs de fleurs colorées. Des voix s’élèvent, trois choristes vêtus de noir font résonner leur foi dans les couloirs et les chapelles de la cathédrale.

DSCF6468OLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERADSCF6423DSCF6432OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Bordant la Place Rouge, la muraille en briques rouges du Kremlin, centre névralgique du pouvoir politique et de l’église orthodoxe d’où se dressent cinq tours coiffées d’étoiles en verre rouge installées par Staline en 1935. Des étoiles visibles depuis n’importe quel endroit de Moscou. Si la carte de la ville fait tout de suite penser à l’oeil du cyclone, le Kremlin est le centre du centre de la Russie. Finalement à l’intérieur, les gardes ont l’air plus sympathiques qu’ailleurs, « Paris, le champagne, da good » ! Plusieurs chapelles conservent les dépouilles des tsars, des militaires rentrent dans leur caserne, rien de bien intéressant sinon d’avoir l’impression d’être au centre d’un monde qui s’étend de l’Europe jusqu’au Pacifique. Les cloches du Kremlin sonnent l’heure pour toutes les gares de la Russie. Avec neuf fuseaux horaires, il fallait bien s’organiser.

DSCF6444 DSCF6442 DSCF6459 DSCF6484

Après une fouille minutieuse, on passe cinquante secondes dans le tombeau de Lénine, exposé contre son gré sur la Place Rouge. Il faut marcher au pas, les claquements des doigts des gardes postés tous les cinq mètres te rappelleront à l’ordre au moindre faux pas : pas de couvre-chef, ni de main dans les poches. Éclairée de lumières rouges (forcément), la dépouille momifiée du saint homme repose en paix au centre de la pièce. Plongé tous les ans dans un bain de paraffine, il ressemble aux figures de cire du musée Tussauds.

Moscou te claque aussi par son architecture stalinienne impressionnante. Le ministère des affaires étrangères, la statue de Pierre le Grand, des monuments massifs érigés à la gloire et à la grandeur du pays. La ville semble restaurée en permanence. En témoignent les nombreux échafaudages trompe-l’œil, au Kremlin et partout ailleurs.

OLYMPUS DIGITAL CAMERADSCF6350 OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERADSCF6330 DSCF6335

DSCF6349

Avant de sauter dans le train, on découvre tout au nord de la ville le marché de Izmailovsky. De vielles affiches soviétiques, une échoppe de taxidermiste à faire trembler le moindre végétarien et toujours ce vent glacial à faire tomber des doigts.

DSCF6521OLYMPUS DIGITAL CAMERADSCF6540

DSCF6541DSCF6535OLYMPUS DIGITAL CAMERAchat mosDSCF6539