Bangkok by night

Le dernier soir à Bangkok, une heureuse coïncidence. Justin un ami de longue date fait un arrêt ici entre Mayotte et le Laos. Très vite nous voici dans un rickshaw qui nous dépose à toute allure à Soi Cowboy, le fameux red light district. Il n’est en fait qu’une seule rue gardée des deux côtés par la police et les taxis. Sous les néons roses et les brumisateurs, des centaines de filles – ou d’hommes – petits culs, poitrines et talons hauts. Enfin des jolies thaïs, à croire que c’est le seul endroit où sont passés ceux qui vantent leurs charmes. Certaines portent des lunettes à grosse montures sans verre. Une des filles, le visage vraiment refait avec lentilles de contact, a de quoi faire flipper. Elle attrape le bras d’un passant japonais et le traîne malgré sa résistance à l’intérieur du KISS

DSCF0022

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

À cette heure de la soirée, les bars sont vides et comme l’entrée est gratuite, les filles ne dansent que si les clients paient. Ambiance particulière surtout que la vieille matronne-serveuse n’est pas vraiment agréable. Jeunes, plus vieux, très vieux, picolent en terrasse, les filles à moitié nues assises sur les genoux. Dans la rues, on propose de nous amener voir des ping pong show, spécialité de Bangkok qui se déroule dans d’autres endroits sûrement bien plus glauques que Soi Cowboy. On vous laisse chercher de quoi il s’agit.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

DSCF9990

DSCF9979

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Après un aller-retour express dans deux-trois boîtes, l’exploration des toits de ce quartier chic s’avère bien plus excitante. Avec notre look de touriste on fait mine de rejoindre un ami, forcément très riche, qui habite dans les immeubles. Il faut inventer un nom, un étage et un numéro de chambre pour passer l’accueil toujours sécurisé.

We come to see a friend, Mister Owen Wilson, room…. 317…

– Oh yes 17 ?

– Yes 17.

Après quelques tentatives manquées, on parvient à gravir les derniers étages pour admirer la vue sur la ville illuminée. L’impression grisante d’être les rois du monde. Bangkok est à nous trois, encore pour quelques heures.

DSCF4008

De retour à Khao San Road, la Mecque assourdissante des backpackers qui te dégoute de la race humaine et du tourisme de masse en moins d’une heure. On grimpe sur un autre building. L’effervescence de la rue est intéressante vue d’en haut. On observe le défilé incessant de touristes, canettes de bières à la main et la cacophonie des chansons diffusées simultanément dans les bars qui se font face. Retour dans les bas fonds, seau de vodka, les gens saouls, en fluo ou à demi-nus, sont dispersés par la pluie. Un bel aperçu de déchéance occidentale avant de décoller pour le Myanmar, enfin.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA