Golden Land

Shwedagon Pagoda

On comprend rapidement que les sites les plus touristiques du pays sont des lieux de culte. Après le festival de l’eau les Birman-e-s se rendent dans les pagodes brillantes et dorées qui parsèment tout le pays. À Yangon, la plus grande est la Shwedagon, recouverte de feuilles d’or, elle mesure cent mètres de haut et serait vieille de plus de 2000 ans. La Mecque des bouddhistes pratiquant le courant Theravāda. Elle a résisté à tous les tremblements de terre et contiendrait huit cheveux de Gautama le Bouddha. Difficile à prendre en photo, elle n’entre pas toute entière dans le cadre en paysage.

DSCF0343 DSCF0332 DSCF0304 DSCF0292

En plein milieu de la ville, cette masse symbolisant le nirvana attire particulièrement pour le nouvel an, les croyants, jeunes et vieux, les touristes et les moines du pays entier. Ces derniers sont très connectés, accros au selfie, ce qui difficile à comprendre vu qu’ils sont supposés renoncer à toute possession … Cette pagode est d’ailleurs le seul endroit de la ville à fournir un accès wi-fi gratuit.

DSCF0347 DSCF0841

Selon le jour de leur naissance, les bouddhistes se dirigent vers l’un des huit autels qui entoure la pagode pour arroser les statues des divinités et offrir des fleurs. À chaque jour de la semaine correspond une planète, un animal et une couleur.

DSCF0312

Ce que l’on ne peut que deviner ce sont les cinq mille diamants, deux mille rubis et le diamant de 76 carats qui dominent la structure. La Birmanie est un des premiers pays exportateur de pierres précieuses, jades, émeraudes, diamants, raison de multiples échanges commerciaux avec les pays limitrophes, la Chine surtout. Aux pieds de la pagode un groupe de femmes nettoie à grande eau le sol de marbre frais. Il ne brûle pas les pieds même sous cette chaleur. À la tombée de la nuit, baignée dans une splendide lumière, il y règne une ambiance calme et apaisante, un brin surréaliste.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Mont Kyaiktiyo – Golden Rock

Un autre des sites les plus sacrés est le Rocher d’Or sur le Mont Kyaiktiyo, haut lieu de pèlerinage bouddique. Dès cinq heures du matin des camions partent de la ville la plus proche pour le sommet de la montagne. Une quarantaine de personnes sont serrées à l’arrière du véhicule qui file à toute allure sur la minuscule route sinueuse au bord du précipice au grand désarroi de birmans nombreux à vomir.

DSCF0772DSCF0785

À l’arrivée, dans une mer de nuages, un long chemin mène au fameux rocher qui tiendrait dans le vide grâce à un cheveu de Bouddha (oui encore un). Toute une effervescence, des familles entières chargées de bagages et des vendeurs de tout poil : grigris, pierres, nourriture, maquillage, restaurants et hôtels hors de prix pour les étrangers à gros budget. Si les birmans peuvent rester dormir sur le site la nuit, c’est interdit pour les étrangers qui doivent en plus s’acquitter d’un droit d’entrée. L’ouverture récente du pays au tourisme demeure une source de financement pour le régime en place qui prélève 10% des revenus hôteliers et la totalité de la somme de ces billets de sites dits « archéologiques et culturels ». Vu d’en bas, le rocher est vraiment impressionnant. Défiant la loi de la gravité, il est lui aussi recouvert de feuilles d’or que les pèlerins viennent encore coller. Les hommes exclusivement puisque les femmes se voient refuser les endroits les plus proches du rocher. Ces lieux initialement interdits lors des menstruations sont in fine interdits en continu pour des problèmes évidents concernant les contrôles. Repas entiers, bougies, encens et fleurs sont déposés aux abords du rocher par les croyants vite distraits par les Occidentaux pour des séances photo.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

DSCF0801OLYMPUS DIGITAL CAMERA