Viêt Nam

La sympathie et les sourires des Viêtnamiens détonnent avec la froideur des Chinois. Premier rouleau de printemps, premier nem et première pho, soupe de nouilles de riz avec piment, citron, menthe et basilic, les plats nationaux.

Sur les banquettes en bois d’un train de nuit, les locaux et les vendeurs montent et descendent au fil des gares pour Hanoi sans craindre les moustiques. Brillant Tetris pour réussir à s’assoupir, tantôt sur le dos, sur le côté, – Non merci pas de sandwich – la tête sur le sac, sous le bras ou sous l’étole pour la lumière – Oui mes chaussures sont sales mais je ne veux pas que l’on me les cire, merci –. À quatre heures du matin la capitale est encore endormie dans un brouillard humide. Sous la lumière des lampadaires la vie reprend doucement son cours autour de la gare. Comme en apesanteur. Un dollar le café instantané au coin de la rue, sur des chaises en plastique à ras-du-sol, autour d’un petit feu de bois. On essayera de  pas de se refaire avoir. Le temps de s’habituer à une nouvelle monnaie et des coupures aux nombreux zéros avec lesquelles on est vite millionnaire.

La baie de Hạ Long est à quelques heures de la capitale. Les montagnes découpées de Yangshuo ont ici les pieds dans l’eau. Tout est fait pour gérer de manière optimale le flux touristique dans la baie. Les tours et mini-croisières organisés oscillent entre 15 et 45 dollars selon les vendeurs. Le plus original d’entre eux avait les dents rougies par le tabac. Il nous a présenté un bout de carte et donné trois informations contradictoires, sur le trajet, la durée et le prix. Le tout en jouant à Candy Crush qui le faisait bien marrer.

DSCF6335

Il paraît que l’on s’apprête à entrer dans le Disneyland pour occidentaux en mal d’exotisme. Ce qui se confirme très vite. Deux catégories, celle des moins de trente ans en couple ou entre amis dans laquelle on s’inscrit parfaitement et les quinquas ou plus qui ont gagné leur vie et s’offrent un peu de détente. Il y a ceux qui traversent le Viêt Nam vers le Sud et ceux qui remontent vers le Nord, par la route qui relie Saigon à Hanoi. On s’échange des trucs de voyage, des bons plans. Français, russes, américains, coréens et de nombreux israéliens à peine sortis de leurs trois années de service militaire. Comme en Inde, persuadés que nous sommes des compatriotes, certains nous saluent en hébreu. À méditer pour un prochain voyage dans les pays arabes.

En traversant la baie, les îles verdoyantes sortent de la brume et se succèdent par centaine pendant plus de quatre heures. Un panorama à couper le souffle sans cesse renouvelé. En fin de journée, la musique diffusée à plein volume sur le pont ferait presque oublier que c’est un endroit protégé. Des groupes plongent du haut du pont pendant que le personnel charge les caisses de bières et de bouffe pour préparer la soirée qui s’annonce. On descend juste à temps, à Cat Bat, une île au milieu de la baie à la végétation surprenante.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Un port, quelques hôtels et des restaurants en bord de mer, l’île est encore préservée du béton et des resorts tout-inclus. Elle s’explore en scooter sur une route parfois goudronnée, des chemins de terre du bout du monde qui mènent à des plages désertes. De belles maisons coloniales, des buffles, qui pataugent dans l’eau, des rizières, des pêcheurs et des coquillages.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Au détour d’un virage, une longue avenue déserte mène de l’autre côté d’une montagne. Un restaurant désaffecté est construit sur une plage aménagée, avec les parasols en paille numérotés, un terrain de basket et jeux pour enfants. Les restes d’un immense projet immobilier inachevé. La maquette sous une vitrine poussiéreuse laisse imaginer les ambitions des promoteurs : Tour comme à Dubaï, grande roue, port de plaisance, résidences et jardins. Une partie de la montagne a été dynamité pour créer l’accès à cette plage aujourd’hui complètement vide.

DSCF6387

Dans la rue les coiffeurs travaillent non-stop comme les vendeurs de costume. Sur les scooters surchargés de sacs en tout genre et de kilos de nouilles, ils transportent aussi des arbres fruitiers pour décorer leurs salons. Les pêchers en fleurs et les kumquats aux branches remplis de fruits sont les sapins de Noël Viêtnamiens. Ce soir c’est le Têt. On rentre à Hanoi.

DSCF6450